Développement du chiot : le bon développement

 

Le développement du chiot commence dès le plus jeune âge. En effet, toutes les expériences vécues par le chiot entre 0 et 3 mois ont une répercussion sur son développement et son comportement/caractère à l’âge adulte ainsi que sa capacité d’adaptation.

Le développement du chiot prend en compte deux facteurs : à la fois les facteurs génétiques, mais surtout les influences environnementales qui lui seront offertes dès la naissance. Il incombe donc aux éleveurs de veiller à favoriser le développement du chiot au travers de différentes approches : manipulations, mise en place de stimuli, contacts variés avec des êtres vivants…

En tant qu’éleveur, une étape préalable est importante est à prendre en compte afin de veiller au bon développement du chiot : la sélection de parents au caractère équilibré. En effet, les parents sont à la fois les géniteurs du patrimoine génétique du chiot, mais la mère sera surtout la première éducatrice du chiot. Elle aura donc un fort impact sur le développement du chiot, tout comme l’éleveur qui aura une influence sur le développement jusqu’aux 3 mois.

 

Le développement du chiot : une étape en 4 phases

Connaître les phases de développement du chiot est important pour un éleveur car il induit de mettre en œuvre différentes mesures en fonction des phases.

Le développement du chiot se scinde en 4 phases :

Le développement du chiot : période anténatale

In utero, le fœtus subit les influences extérieures au travers du comportement de la mère. Si la chienne est stressée, par exemple, le développement du chiot en pâtira. Il est nécessaire de veiller au au caractère équilibré de la chienne.

Le développement du chiot : période néonatale

Durant ses deux premières semaines de vie, le chiot réagit par réflexes car ses paupières s’ouvrent petit à petit. C’est durant cette période que le système nerveux se développe. Il va donc chercher les sources de chaleur, les stimuli ne sont pas nécessaires durant cette période. Il faut simplement veiller à ce que le chiot puisse ressentir chaleur et sécurité.

Le développement du chiot : période de transition

Elle peut aussi être appelée « phase d’éveil sensoriel ». C’est en effet de l’ouverture des paupières jusqu’au premier mois que le chiot commencera à réagir au bruit. Le chiot commence à développer un comportement exploratoire, c’est à cette période que les premiers contacts humains peuvent être mis en place en douceur.

Le développement du chiot : période de socialisation

De la troisième à la douzième semaine est la phase qui a toute son importance dans le développement du chiot. C’est à ce moment que l’éleveur doit mettre un environnement stimulant en place pour le chiot afin de garantir le bon développement du chiot.

Deux types de socialisation pour le développement du chiot sont à différencier :

  • La socialisation intraspécifique (liée à sa propre espèce), d’où l’importance de mettre le chiot en contact avec des adultes équilibrés)
  • La socialisation interspécifique : adaptation à d’autres espèces que la sienne, dont l’Homme et tous les autres animaux.

Développement du chiot : un environnement propice

L’environnement dans lequel évolue le chiot de la naissance aux 3 mois à un impact irrévocable sur le développement du chiot. Il est donc indispensable de maximiser les chances d’un bon développement à travers un environnement riche et propice aux stimulations en tous genres.

Veillez à ce que cet environnement couvre tous les sens du chiot. En effet, c’est en stimulant tous ses sens – sonores, visuels, tactile et olfactifs – que le bon développement du chiot est assuré, lui permettant ainsi de découvrir un maximum de choses. On peut par exemple laisser à la portée des chiots des jouets qui roulent, qui pendent, des morceaux de papier ou de carton par terre, une radio ou un fond sonore constant…

L’environnement d’éveil du chiot doit être suffisamment spacieux pour lui permettre d’évoluer librement et lui permettre de développer ses propres expériences en se créant des espaces de vie (lieu de couchage, de jeu, d’alimentation…). L’environnement parfait pour un chiot, serait à la fois une pièce en intérieur qui lui permettrait d’accéder à un endroit clos donnant sur l’extérieur, ainsi le développement du chiot ne sera que meilleur.
Pour le développement du chiot, il est important de laisser les chiots d’une portée ensemble afin de les initier à la sociabilisation.

En plus d’un environnement propice au bon développement du chiot et à son éveil, il est important de s’en occuper et de leur porter de l’attention mais aussi de les sortir régulièrement de leur environnement habituel. Il ne faut pas hésiter à les faire rentrer dans la maison, si la zone d’éveil est séparée, afin qu’ils s’habituent aux bruits du quotidien comme de l’aspirateur, de la télévision ou bien encore les bruits de cuisine.

L’environnement dans lequel évolue le chiot  doit leur permettre de découvrir un maximum de choses entre 2 et 3 mois. Il ne faut cependant pas omettre de sortir les chiots en extérieur et veiller à ne pas les surprotéger, toujours pour s’assurer du bon développement du chiot. 

Agri Web Formation vous offre la possibilité d'effectuer une formation sur l'élevage canin, n'hésitez pas à vous renseigner!   

Retrouver notre formation sur la cynotechnie pour les éleveurs canins 

Les stimuli nécessaires au bon développement du chiot

Comme évoqué précédemment, afin de veiller à un développement optimal du chiot, il faut constamment le stimuler au travers de ses sens.

 

Le développement du chiot par les stimuli sonores

En fonction du lieu où sont élevés les chiots, il faut adapter ces stimulations. Dans un milieu rural, privilégier les bruits d’un environnement citadin et inversement. Il est nécessaire que durant le développement du chiot, un maximum de bruits lui soient présentés : orage, téléphone, voiture, aspirateur, détonation, froissement de plastique…). Un fond sonore perpétuel dans la pièce de vie peut être une bonne alternative.

Le développement du chiot par les stimuli visuels 

 Afin de développer l’acuité du chiot à la perception des couleurs dans son environnement, il est primordial de disposer au sein de la pièce d’éveil du chiot de disposer des jouets de différentes natures et de toutes sortes.

Le développement du chiot par les stimuli tactiles

L’environnement matériel n’est pas la seule chose nécessaire au bon développement du chiot. En effet, les stimuli tactiles ont plutôt un impact sur le côté affectif du chiot. Il ne faut pas hésiter à multiplier les contacts doux, le faire rencontrer des personnes différentes de son entourage habituel mais aussi mettre le chiot en contact avec d’autres espèces d’animaux, comme le chat. Veillez toutefois à être présent lors de ces contacts pour veiller à ce qu’il n’y ait pas de dérapages susceptibles de nuire au développement du chiot.

Un développement du chiot adapté à son futur lieu de vie

Il est important que l’éleveur pose des questions aux futurs propriétaires afin de leur proposer un chiot adapté à leur mode de vie.

En effet, suivant le lieu où le développement du chiot a eu lieu sur ses premiers mois de vie, et son caractère, il peut être compliqué pour le chiot de s’adapter à quelque chose d’opposé, malgré les stimulations de l’éleveur.

Les trois premiers mois sont les plus importants concernant le développement du chiot, il est donc important pour l’éleveur de confronter le chiot au plus grand nombre de situations afin de faciliter son adaptation dans le foyer d’accueil.
Cependant, le chien en devenir, sera confronté toute sa vie à des situations d’apprentissage, il est donc nécessaire de communiquer avec la famille d’accueil sur les bons comportements à adopter.

 

Afin de savoir gérer parfaitement cette adaptation au nouveau lieu de vie, n'hésitez pas à suivre la formation d'éleveur canin Agri Web Formation 

Retrouver notre formation sur la cynotechnie pour les éleveurs canins 

Le développement du chiot : une bonne éducation à poursuivre par les propriétaires

Il est nécessaires pour les nouveaux propriétaires du chiot de mettre en œuvre certains exercices afin de s’assurer de l’obtention de ses autocontrôles.

Plusieurs possibilités s’offrent alors au propriétaire du chiot :

  • Ne pas solliciter le chiot à longueur de temps en lui laissant dans longs répits ou en répondant systématiquement à ses « caprices » afin d’obtenir le calme spontané du chiot au sein du foyer et en extérieur.
  • S’exercer au « pas bougé » pour que le chiot apprenne à cesser ses activités et tienne l’arrêt.
  • Obtenir une bonne capacité d’écoute, d’attention et de rappels
  • Lui apprendre à lâcher les objets qu’il tient dans sa bouche sans émettre de signe de défense ou bien lui apprendre à ne pas grogner lorsque quelqu’un s’approche de sa gamelle quand il mange.
  • Contrôler le mordillement

Formation Cynotechnique pour les éleveurs canins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *